logo
CDOI Alpes-Maritimes
photos d'infirmiers dans le header
Documentation
Culture

Cette tribune culture est ouverte à tous. Si vous souhaitez  commenter un livre récent ou pas, qui vous a marqué et que vous souhaitez nous faire partager, vous pouvez nous l’adresser afin que nous le publions ( 25 lignes maximum).

 

JOYCE CAROL OATES, une des plus grandes romancières  américaines née en 1938, plusieurs fois sur la liste des « nobélisables »,  nous offre un ouvrage bien diffèrent de ceux qu’elle a déjà écrit. « J’ai réussi à rester en vie  » est une chronique autobiographique   douloureuse et sombre de son combat  pour tenter de remonter de ce puits sans fond qu’a été la perte brutale de son mari avec lequel elle avait partagé près de cinquante de vie commune.

En proie à l’angoisse de la perte, à la désorientation de la survivante, cernée par un cauchemar de démarches administratives et par les absurdités pathétiques du commerce du deuil, la  romancière, dans un mélange pudique de  causticité et de lucidité,  décrit l’innommable expérience du chagrin, dont elle ne peut s’extraire qu’à grand peine, en se tournant vers ses amis. Et nous amène à prendre conscience comment on s'aperçoit soudain que c'est la présence de cet autre qui nous a permis de surmonter nos craintes, nos deuils et nos chagrins, comment enfin on réalise avec douleur qu'on ne connaissait qu'une partie de cet être aimé….

 

Le livre «  Le Plaisir de vivre   » d’ANNE ANCELIN SCHÜTZENBERGER  est un livre plein d’espoir avec  les ingrédients pour une vie plus simple et plus sereine…   

Savoir saisir, pour soi-même ou pour autrui, ce qui survient comme par la chance d'un hasard heureux, c'est faire l'expérience de la "sérendipité" , terme tiré d’un conte traditionnel persan "Les Trois Princes de Serendip" de Horace Walpole (1754) dont les héros trouvaient fortuitement ce qu'ils ne recherchaient pas. 

Entre espérance et action, cette ouverture d'esprit, qui s'apprend et s'entretient, peut renverser les situations …

L’espoir en la vie, c’est croire en elle, savoir au plus profond de soi qu’elle peut nous apporter, comme par miracle, par la « chance d’un hasard heureux », des solutions, des pistes, provoquer des rencontres étonnantes qui nous aiderons … La sérendipité, c’est tout cela. Elle se situe  entre «   le hasard et la nécessité »,  entre «   l’espérance et l’action ». C’est  être à l’écoute de ses sentiments et du monde qui nous entoure.

Elle écrit qu’elle aime croire au Père Noël et illustre cette notion  de sérendipité par des exemples vécus probants. Ainsi, elle s’est trouvée « au bon endroit, au bon moment », a « trouvé des choses sans les avoir cherchées », a su « flairer le danger »… Pour elle, la sérendipité est une notion importante qui permet d’avoir foi en la vie et nous aide dans de nombreuses situations. « Cette ouverture d’esprit qui s’apprend et s’entretient peut renverser les situations et vous sauver la vie ». C’est avoir « la conviction que le monde est amical et accueillant et vous offrira des solutions et des réponses dont vous avez besoin au moment où vous en avez besoin.»

Elle aborde également  les transmissions invisibles comme elle l’avait déjà fait dans des précédents ouvrages. Elle montre tout ce que l'analyse transgénérationnelle peut apporter aux malades, en particulier à ceux qui souffrent d'un cancer. Et elle explique pourquoi la guérison passe si souvent par les petits plaisirs que l'on doit ne jamais oublier de s'offrir.

Anne Ancelin Schützenberger a aujourd’hui 93 ans. Psychothérapeute  de renommée internationale,   professeur émérite à l'université de Nice Sophia Antipolis, où elle a dirigé pendant une vingtaine d'années le laboratoire de psychologie sociale et clinique,  elle est la créatrice de la psychogénéalogie et  l’auteur de plusieurs best-sellers, dont «  Aïe, mes aïeux ! » « Sortir du deuil : surmonter son chagrin et réapprendre à vivre », de « Ces enfants malades de leurs parents ».

 

Pour comprendre l’identité infirmière, il est important de connaître   la culture et  les modèles  dans laquelle elle s’insère et l’histoire de la profession. Pour citer Freud, il faut « connaître les murs de sa maison pour s’y cogner moins »

Le dernier ouvrage de René MAGNON  « Les infirmières : identité, spécificité et soins infirmiers »nous y aide  .

Il retrace les mutations de la profession infirmière au regard des événements sociologiques et politiques qui l'ont forgée. L’auteur met à profit sa connaissance du terrain et son expérience de la recherche pour nous donner une vue globale du monde de la santé à travers des analyses originales et détaillées .Il recense les découvertes médicales et scientifiques ; du XVIe au XXe siècle, il interroge les événements de la société et de la profession afin d'expliquer les lents cheminements qui ont conduit à la transformation conjuguée de la profession infirmière et des soins aux personnes malades.

 De la structure des soins au système de santé, il balaye ainsi le champ des évolutions de l'enseignement, des pratiques infirmières et des organisations dans leurs rapport aux changements observables au niveau de la littérature, de la recherche, de la réglementation et de l'éthique. Il trace également les perspectives de la profession infirmière

 René Magnon  fut infirmier général, directeur de services de soins infirmiers et enseignant et directeur technique du programme de maîtrise des sciences et techniques sanitaires et sociales de l'université de Lumière  Lyon II .

L'ouvrage d'Antoine COMPAGNON "Un été avec Montaigne" expose la sagesse finale de Montaigne, ,souvent associée à l'Epicurisme. En quarante chapitres, il nous invite à découvrir un Montaigne estivale et tonique; de la notion d'engagement jusqu'au trône du monde, en passant par la conversation, l'amitié ou l'éducation, le temps perdu et même le surpoids. Il montre à la fois l'épaisseur historique et la portée actuelle des Essais.

Dans l'ouvrage de Jean-Daniel LALAU "Créer une alliance thérapeutique, on éduque pas un adulte souffrant", il s'interroge sur le discours relatif à l'Education Thérapeutique du Patient, il sonde l'intention qui le porte, et mesure l'intention startégique qui le soutient.

"Donner du sens à sa vie", de Rosette POLETTI et Barbara DOBBS. les auteurs, ici, vous proposent une quête de sens basée sur sur l'individu et son épanouissement. Elles n'offrent pas de recette toute faite, mais ouvrent des pistes, qu'elles vous invitent à prolonger par vous mêmes.

Douglas KENNEDY, dans "Cet instant là" reçoit à quelques jours d'intervalle, deux courriers qui le replongent dans son passé: les papiers de son divorce après 20 ans de mariage, puis le journal de son premier amour...

Gillian FLYNN, dans "Les Apparences", un roman à suspence qui dissèque d'une main de maître la vie conjuguale et ses vicissitudes, une véritable symphonie paranoïaque, dans un style viscéral dont l'intensité sucite une angoisse quasi inédite dans le monde du polar.

Bookmark and Share

Contact

Président

Sébastien CORRIERE
cdoi06@ordre-infirmiers.fr

Coordonnées

CDOI 06
426 rue Paradis
13008 MARSEILLE

Tél. : 04 84 26 84 20

questions administratives : cdoi06@ordre-infirmiers.fr

président : presidence.cdoi06@ordre-infirmiers.fr

Permanences

En raison des mesures sanitaires liées à l’épidémie de COVID19,

nos bureaux seront exceptionnellement fermés jusqu’à nouvel ordre.

Durant cette période et pour continuer à vous servir, nous restons joignables à l’adresse :

pacacorse@ordre-infirmiers.fr

 

Permanence téléphonique uniquement pour les libéraux : 06 08 45 82 11 (9h à 17h)

liens vers l'annuaire

Agenda Tous les rdv

Aucun événement prévu

Accès direct > Conseil National de l'Ordre des Infirmiers

rechercher un conseil